Karma Yoga Shop - Blog

La technique ultime pour maitriser l’acceptation

technique d'acceptation

L’acception est une des clés pour une vie épanouie. Cependant c’est un concept un peu délicat à comprendre et qui n’est pas souvent bien expliqué dans les livres. En général, face à une situation négative nous avons l’habitude de faire 2 choses :

La subir et/ou la combattre.

Mais lorsque vous comprenez que l’acceptation est la meilleure des solutions alors vous ressentez les choses d’une tout autre manière et votre vie, comme un bourgeon commence à fleurir !

Si l’acceptation n’est ni subir, ni combattre alors… qu’est-ce que c’est ? On pourrait dire que l’acceptation est fusionnée avec ce qui est. Ou dit d’une autre manière, entrer en résonance avec ce qui est.

Maintenant, imaginez que vous êtes tranquillement au bord d’un lac un dimanche matin. Le soleil est doux et réchauffe votre peau, l’eau est calme et il y a une légère brise qui caresse votre visage. Vous vivez un moment de calme, de paix et de sérénité jusqu’à ce qu’un chien… se mette à aboyer sans arrêt !

Vous étiez si bien… là devant ce lac, tous vos problèmes avaient disparu… Mais ce moment de grâce s’est arrêté net à cause de se « maudit » toutou !

La moutarde vous monte au nez, et vous commencez à vous sentir irrité !

Bingo ! vous voilà EN TRAIN DE SUBIR les aboiements du chien !

5 minutes plus tard, le chien continue d’aboyer et vous n’en pouvez plus ! Il FAUT AGIR. Vous commencez à crier « mais tais-toi bon sang ! ». Ça y est…

Vous voilà EN TRAIN DE COMBATTRE les aboiements du chien

Concept n°1 : Quand une personne n’obtient pas ce qu’elle veut, en général cela génère une émotion négative.

Comment se fait-il que les chants des oiseaux ou les bruits des feuillages ne vous aient pas dérangé ?

C’est très simple, en décidant d’aller au bord du lac vous vous êtes fait une certaine image ou attente de « ce que doit être un moment plaisant au bord du lac ». Et tout ce qui ne cadre pas avec cette attente, peut générer de la frustration, du mécontentement, etc.

Et clairement, les aboiements incessants d’un chien ne faisaient pas partie de cette attente. Le mental commence alors à se rebeller.

Concept n°2 : Le mental est toujours en mode survie, dans le stress, la peur, la séparation et le contrôle.

Face aux aboiements du chien (qui ne sont que des sons), le mental se révolte, car cela ne correspond pas à ce qu’il attend. Dans un premier temps il subit le son, puis décide de le combattre.

En vous vient alors l’idée de dire au chien « de la fermer ». Mais c’est en fait un mécanisme du mental qui tente de contrôler le monde extérieur.

Concept n°3 : Il est impossible de contrôler les évènements extérieurs même si le mental tente de nous faire croire le contraire.

Le mental est constamment en train de chercher à tout contrôler. Si vous faites un peu attention à vos pensées, vous verrez qu’il ne fait pratiquement que cela : il faut être prudent, faire attention à ceci et à cela. Tout est un « danger potentiel ». Il vit dans un monde de séparation, où il y a « lui » et tout le reste.

Concept n°4 : L’idée est d’accepter pleinement ce qui survient même si cela ne correspond pas toujours à l’image départ.

Maintenant, imaginez qu’au lieu de subir et/ou de combattre le son du chien, vous optiez pour la 3e option : entrer en résonance avec ce son.

Vous pouvez entrer en résonance avec n’importe quel type de son : un chien qui aboie, un chat qui miaule, le bébé du voisin qui n’arrête pas de pleurer, une porte battante qui grince, le couple d’au-dessus qui s’engueule toute la journée…

En fait, peu importe ce que c’est, c’est toujours le même principe :

Pour accepter, vous devez devenir le son !

Si vous devenez le son, alors vous ne faites qu’un avec lui. Et pour ce faire, c’est vraiment très simple : la prochaine fois que vous entendez un son qui vous irrite (peu importe lequel), reproduisez-le dans votre tête. Par exemple, le chat du voisin qui miaule sans arrêt vous énerve ?

Dès que vous entendez « MIAOUUUU », reproduisez exactement ce même son dans votre tête et dites mentalement « MIAOUUU ». Faites un « copier-coller » du son que vous venez d’entendre et vous le repassez dans votre tête. Donc si le chat miaule 10 fois de suite, faites-le 10 fois de suite.

Vous constaterez pratiquement instantanément un soulagement. Au lieu de combattre ce son, vous le reproduisez mentalement. Conclusion vous le faites « votre », car :

  1. Vous acceptez non seulement de l’entendre.
  2. Mais de le REPRODUIRE également.

Vous ne subissez plus, vous ne combattez plus, vous ACCEPTEZ ! Au lieu de « faire barrage », de contrer, vous vous « laissez traverser » par le son. Si vous faites cela plusieurs fois, le chat lui continuera à miauler, mais vous ne l’entendrez même plus. Il vous faudra quelques jours de pratique pour ne « plus entendre le chat », mais cela vaut le coup.

Maintenant cet exemple paraît un peu simplet, car on parle simplement d’un SON, et on pourrait facilement croire que ce n’est pas cela qui va changer notre vie… Mais saviez-vous que vous pouvez faire la même chose avec n’importe quel aspect de votre vie ?

Commencez par le son pour comprendre le mécanisme d’acceptation, ensuite vous pourrez l’appliquer sur tout et n’importe quoi.

Concept n°5 : Accepter c’est « se laisser traverser » au lieu de faire barrage (combattre) ou d’encaisser (subir).

Par exemple, un collègue de bureau est toujours en train de râler à vos côtés, ou entre sans arrêt dans votre bureau sans frapper ? Faites le même exercice et délectez-vous des résultats ! Le principe est toujours le même :

Si la personne rentre dans votre bureau et que cela vous énerve, c’est parce que vous aviez « décidé » que vous vouliez un moment pour vous concentrer sur votre tâche. Les interruptions incessantes chamboulent votre décision et le mental « perd son pseudo contrôle ». Vous vous sentez alors irrité.

Sauf qu’en appliquant cette technique cela ne vous fera ni chaud ni froid.

Par contre, une fois l’impact émotionnel descendu à 0, rien ne vous empêche d’expliquer à votre collègue que cela serait génial s’il pouvait frapper avant d’entrer ou simplement venir uniquement si c’est vraiment important, ainsi vous pourriez être totalement concentré sur ce que vous avez à faire.

Mais vous le direz sur une base de tranquillité et non de stress ou d’agacement, ce qui peut totalement changer le résultat final 🙂

Ajouter un commentaire

Suivez-nous sur Facebook!

Suivez-nous !

Ne soyez pas timide... Rejoignez la plus grande communauté dédiée à la spiritualité et au développement personnel.